Lectures Hebdomadaires

La bande dessinée, c'est tout !

« Comprendre l’image […] c’est être capable de la paraphraser […] dès lors qu’elle est figurative et conçue pour être lisible, compréhensible, toute image est un énonçable »
Thierry Groensteen

Buller au 43ème festival international de la bande dessinée

Le festival international de la bande dessinée (fibd) a ouvert ses portes, ça y est ! C’est la 43ème édition à Angoulême, et la 5ème pour moi – j’ai commencé en 2011. Après avoir obtenu mon pass-presse ce matin, j’ai fait un petit tour… Certains évènements, certaines expositions s’annoncent vraiment intéressants, voire magiques, mais d’autres s’annoncent un peu moins bien, malheureusement ! Bon ça reste un festival de grande ampleur, ça reste un évènement international, ça reste Angoulême : LA ville de la bande dessinée.

Les projections d’Akira, de Steamboy, les tables rondes (le mythe dans la bd, la revue Aaarg!…) les documentaires (uchronie, parodie…), les concerts dessinés, les conférences, l’expo’ Lucky Luke, l’expo’ Otomo et j’en passe ! Tout ça sera (comme chaque année) une véritable expérience, une source d’enrichissement, de partage, de communion entre bédéphiles, d’amour et de franche rigolade ! Par contre, entrer dans un espace pro’ pour une table ronde portant sur “la femme dans la bande dessinée” avec tellement de monde qu’on se croirait dans le métro parisien (ligne 13), ce n’est pas vraiment cool…

L'art de Morris (affiche officielle du fibd)

L’art de Morris (affiche officielle du fibd)

C’est un tout petit problème dans un évènement de cette taille, mais il contribue malgré tout à sa détérioration. La place des femmes dans la bande dessinée (en tant qu’auteurE ou personnage) est questionnée depuis longtemps, particulièrement à Angoulême. Le souci ici, c’est la loi de proximité de l’information, une loi vieille comme le journalisme… Donc forcément, à l’approche de l’évènement, et comme les organisateurs ont nominé 30 messieurs pour le fauve d’or, tout le monde en parle. L’été dernier, quand 147 dessinatrices créaient la Charte des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, tout le monde s’en foutait !

Bref, c’est aussi ça le festival de la bd à Angoulême : de la polémique, de la mésentente, du désaccord, le scandale ! Certains s’en indignent et font des pétitions, d’autres iront toujours. Je crois faire partie de cette deuxième catégorie, optimiste, et même s’ils ont écorché le nom de mon site sur mon pass, je visiterai, j’explorerai et je découvrirai à nouveau le festival, Angoulême, ses bulles, ses cases et ses bars. Promis.

Pass-presse du fibd (avec une vilaine faute...)

Pass-presse du fibd (avec une vilaine faute…)

Tags: , , , , , , , , ,

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

Categories

Tags

album Andreas Andreas Martens Angoulême bande dessinée bandes dessinées Batman Batman : Année Un Benoit Peeters Christophe Blain comic books comics Comix Cornélius Dargaud Dark Horse Comics Delcourt ehess FIBD Frank Miller Frederik Peeters Gallimard Glénat Image Comics Jack Kirby Japon Kana Kodansha L'Association Le Lézard Noir Les Humanoïdes Associés Marion Montaigne Marvel Comics Mike Mignola Mœbius pop art RM Guéra Roman Graphique science fiction Soleil Productions Spirou Star Wars super héros Tintin Winshluss