Lectures Hebdomadaires

La bande dessinée, c'est tout !

« Comprendre l’image […] c’est être capable de la paraphraser […] dès lors qu’elle est figurative et conçue pour être lisible, compréhensible, toute image est un énonçable »
Thierry Groensteen

Débrief n°1 !!

J’espère n’avoir assommé personne avec cette première partie du Prés en Bulles… En tous cas, qu’on ne s’inquiète pas ici et là ! Je ne publierai pas uniquement des parties de mon mémoire comme celle-ci, semaine après semaine, ce serait bien trop indigeste ! Je pense faire des intervalles : une fois je poste des parties de mon mémoire (dans l’ordre quand-même !), une autre fois je poste autre chose. Alors cette semaine c’est un article de débrief, dans deux semaines ça peut être autre chose, une critique  d’une oeuvre, une critique d’un film adapté d’une BD, une critique du travail d’un auteur, ou encore du débrief et encore du débrief haha !

Plus sérieusement, je pense qu’il faut toujours mettre en perspective son propre travail, c’est pour ça que je souhaite analyser ce qui vient d’être publié dans le Prés en Bulles, ce qu’il y a à retenir. Et, jusqu’ici, c’est la définition d’un monde de l’art, du monde de la bande dessinée, qui commence à apparaître. Mais ce n’est qu’une ébauche de la définition du concept de monde, car ce concept, développé par Becker, est très complexe et multi-dimensionnel. Bon, il est aussi assez pratique parce qu’utilisable un peu pour tout, comme la théorie des champs chez Pierre Bourdieu, sauf que Becker s’est limité à l’art. C’est pourtant facilement applicable aux travaux des universitaires, par exemple :

  • en 1 la valeur esthétique d’une oeuvre que l‘on peut remplacer par la qualité scientifique d’un article par exemple,
  • en 2 le réseau de relations sociales (entre professeurs par exemple, ou entre professeurs et éditeurs…)
  • et en 3, le réseau institutionnel (la place du laboratoire au sein de l’université française, si on se contente du niveau national).

Pour bien comprendre toutes les relations mises en jeu pour le travail à l’université, l’article de Clarisse Buono est approprié…

Dans la deuxième partie du Prés en Bulles, dans mon prochain post, il va être question, sur une plus grande partie du texte, de réellement définir ce qu’est la B.D. Et ça, c’est une tâche difficile !! Vous verrez, j’ai utilisé plusieurs définitions d’auteurs, mais rien ne semble vraiment faire l’affaire… C’est sûrement la bande dessinée elle-même qui est faite comme ça : son essence-même est contradictoire à toute tentative de définition ! Elle évolue, elle se transforme, elle change, passe par ici, sort par là ! Elle est adaptée au cinéma, ses images sont réutilisées, détournées, et elle s’intègre au numérique !

Billy The Butcher

Post-Punk Super Friends – Bat © Billy the Butcher

L’image de Billy the Butcher, présentée juste au-dessus est l’un des nombreux exemples qui permettent de démontrer le statut particulier de la bande dessinée actuelle (un de mes exemples préférés). Ça permet aussi d’ajouter des complications au concept de monde, parce qu’un monde, comme celui de la bande dessinée, entretient d’étroites relations avec d’autres mondes (comme je l’ai dit plus haut, avec les mondes du cinéma, du numérique, et en l’occurrence de l’illustration et de la musique).

Je ne sais pas si ce premier débrief a beaucoup servi, ou même si j’ai été compréhensible… Enfin, en tous cas, j’espère avoir pu donner des repères vis-à-vis des écrits de mon mémoire (pour ceux qui ne suivent pas :  ce qui est présenté dans le Prés en Bulles !). Pour conclure, dans ce genre de mise en perspective, j’essaye de montrer pas mal d’autres trucs (vous avez vu, il y a un bon nombre de liens dans ce post), déjà parce que ça permet d’apporter un côté plus léger à mon site, qui vise l’étude scientifique lourde de la littérature en estampe, mais aussi et surtout parce qu’allier des mondes c’est grave cool !! Comme Super Power Beat Down, ou deux personnages fictifs sont mis en scène dans un combat à mort…

Tags: , , , , , , , ,

Categories

Tags

album Andreas Andreas Martens Angoulême bande dessinée bandes dessinées Batman Batman : Année Un Benoit Peeters comic books comics Cornélius Dargaud Dark Horse Comics David Mazzucchelli DC Comics Delcourt Denis Bajram ehess FIBD Frank Miller Frederik Peeters Gallimard Glénat Image Comics Jack Kirby Kana Kodansha L'Association Le Lézard Noir Lewis Trondheim Marvel Comics Mike Mignola Mœbius pop art RM Guéra Roman Graphique Soleil Productions Spirou Star Wars super héros Thierry Groensteen Tintin Urban Comics Winshluss